Retour sur le Partenariat d’Innovation IA & Éducation

19 juillet 2017

Développer des solutions, s’appuyant sur des techniques d’intelligence artificielle, à destination des enseignants de l’école primaire et en particulier du cycle 2, afin de mieux accompagner leurs élèves dans leurs apprentissages du français et/ou des mathématiques.

Quelles matières choisir ?

Vous pourrez candidater pour 1 ou les 2 matières. 1 matière = 1 lot. Si vous candidatez pour 2 matières, 2 candidatures devront être déposées.

Les étapes pour candidater

  • S’abonner dès maintenant aux alertes sur la plateforme des Achats de l’État pour la publication de l’avis d’appel public à la concurrence qui aura lieu fin juillet : https://www.marches-publics.gouv.fr/?page=entreprise.AccueilEntreprise
  • Anticiper des alliances stratégiques pour rassembler les compétences (IA, pédagogie, design…) et les actifs (ex : contenus,…) qui vous manquent et proposer une candidature puis une offre qui répondra aux critères imposés.

Le dépôt des candidatures aura lieu pendant le mois de septembre 2017 (la date exacte sera précisée dans l’avis d’appel public à la concurrence).

Si votre candidature est retenue…

  • Vous recevrez le cahier des charges pour déposer une offre
  • Cette phase de remise des offres et de négociation s’étendra du mois d’octobre au mois de décembre 2017.

 Si votre offre est retenue…

  • De janvier/février à décembre 2018, 3 sprints d’expérimentation en salle de classe seront organisés sur 3 trimestres.

 Si la solution s’avère robuste à l’issue de la phase de pré-industrialisation…

  • Le ministère de l’Éducation nationale se portera acquéreur les 4 années suivantes pour un potentiel d’acquisition portant sur 2,5 millions d’élèves.

Compte-rendu des questions/réponses :

Intervenants :

  • Mathieu Jeandron, Directeur du numérique pour l’Education
  • Philippe Ajuelos, Chef de la mission des achats du Ministère de l’Education Nationale
  • Alain Thillay, Chef du département du développement et de la diffusion des ressources numériques au Ministère de l’Éducation Nationale
  • Laurent Michel, Directeur adjoint de programme économie numérique au CGI
  • Nicolas Turcat, Responsable e-éducation à la Caisse des dépôts et consignations

 

DEhHT8wW0AAxTYE.jpg large

 

Quelle intégration avec les autres appels à projet déjà lancés ?

Ils se font en parallèle.

Quel pourcentage de financement est prévu pour la phase de R&D ? Y a-t-il un budget maximum prévu pour la phase de recherche ?

Le principe permet de financer à 100% la R&D ou de la co-financer. Les entreprises devront indiquer le pourcentage de financement qu’elles souhaitent obtenir. Il n’y a pas de budget maximum prévu dans la mesure où il est impossible de savoir aujourd’hui quelles seront les solutions proposées. Il est cependant à noter que les répondants seront en concurrence, les six meilleurs projets seront retenus pour la phase de R&D. Le montant de l’enveloppe devra permettre de financer l’ensemble des trois phases. L’objectif est de faire l’acquisition de 2 solutions, une pour chaque domaine d’enseignement qui sont le français et les mathématiques.

Un statut d’entreprise sera-t-il privilégié ?

Les critères de candidature seront communiqués dans l’avis d’appel public à concurrence. Conformément au droit de la commande publique, il n’y a pas de restriction sur le statut des sociétés. C’est la qualité de la candidature de l’opérateur économique, se présentant seul ou en groupement et justifiant de sa capacité à répondre, qui sera déterminant. Par ailleurs, un chiffre d’affaires minimum ne sera pas exigé.

Quel est le niveau attendu en intelligence artificielle ?

L’objectif est de développer des solutions ambitieuses qui peuvent significativement améliorer l’apprentissage du français et des mathématiques. L’évaluation se fera sur la dimension innovante et disruptive de la solution. Le deep learning n’est pas un prérequis mais il ne faudra pas se contenter d’arbres de décision basiques ou de simples chat bots.

Il conviendra également d’éviter des solutions qui pourraient être perçues comme “inacceptables” du point de vue du grand public, comme de la reconnaissance faciale pour capter les émotions des élèves. La question éthique (cf. rapport France stratégie) est une exigence morale et sera un avantage concurrentiel dans vos propositions. Les propositions devront avoir une cohérence du point de vue éthique.

Il est prévu un comité de sélection composé d’experts indépendants qui seront en mesure de juger du degré d’intelligence de chaque solution.

L’innovation doit à la fois être présente dans le moteur de l’intelligence artificielle, mais aussi dans l’expérience utilisateur, ces éléments seront des critères importants de décision.

Il ne faut pas réduire le Partenariat d’Innovation aux deux premières phases de sélection et de R&D. L’acquisition se fera sur 4 ans, soit 4 ans d’engagement pour faire évoluer la solution. Une feuille de route d’évolution de votre solution vous sera demandée.

Comment s’assurer de l’appropriation finale sur le terrain ? Est-ce que le Ministère imagine d’équiper les écoles pour que les enseignants puissent concrètement utiliser ces solutions ?

Le dispositif a été pensé pour être en capacité d’anticiper les besoins budgétaires – en infrastructure, mais aussi en ressources humaines, en formation, etc. – liés à la généralisation de la solution. Le ministère prendra ses responsabilités pour financer les investissements nécessaires. Par ailleurs, les investissements d’avenir, en particulier, dans le cadre du plan numérique pour l’école, incluent déjà l’ensemble de ces dimensions.

Pour avoir rencontré des difficultés dans des AAP, il est difficile de garder le nombre de classes annoncées, de dégager du temps pour les enseignants. Sera-t-il possible de creuser ces questions avec le Ministère et de penser aux questions de financement (comme dédommagement des enseignants) ?

Fort des AAP e-education, le Ministère est conscient de la possible sur-sollicitation des enseignants et des élèves. C’est pourquoi, il faudra du côté du Ministère être le plus clair possible du côté des acteurs du terrain sur cette phase, tout comme les candidats auront à prendre en compte la contrainte du calendrier scolaire. Il est en effet essentiel de pouvoir compter sur des terrains d’expérimentations. Le cahier des charges transmis aux seuls candidats admis à présenter une offre détaillera les conditions d’expérimentation pour ne pas mettre en difficulté les entreprises qui s’engageraient ainsi que les enseignants sollicités.

Est-ce que le sujet botanique et jardinage peut être inclus dans le périmètre ?

A priori non, mais le Ministère demande à être convaincu.

Est-ce que parallèlement un plan d’équipement en fibre des écoles est prévu?

Le Ministère essaie de veiller au couplage service / équipement et aura largement avancé sur ce sujet durant l’acquisition.

Comment rassembler différentes expertises ? Quelle forme juridique souhaitée pour une réponse partenariale (ie sous-traitance, co-traitance…) ?

Le Ministère est ouvert à tout type de réponse. Il sera laissé aux candidats de retenir la forme du groupement qu’ils souhaitent, conjoint ou solidaire.

Est-il prévu de fournir des jeux de données sur la phase de R&D ?

Des jeux de données ne seront pas fournis a priori, les lauréats devront les constituer en avançant pendant la phase de R&D.

Est-ce que vous avez déjà traité la question de la propriété et des données ?

Les données des enseignants et des élèves appartiendront aux enseignants et aux élèves. Les données produites par les lauréats resteront les leurs. Toutefois, et sous conditions contractuelles pré-définies, une partie de ces données pourront être rendues disponibles à des fins de recherche pour la communauté académique.

Un espace de stockage est-il prévu par le Ministère ?

A priori le Ministère ne dispose pas d’une infrastructure extensible et scalable qui permettrait aux sociétés de faire fonctionner leurs algorithmes.

Est-il prévu une dimension collaborative et sociale entre apprenants ?

L’objectif est de mettre un outil à disposition des enseignants pour les accompagner dans la pratique de leur métier. Les élèves ainsi que les parents seront également des utilisateurs de la solution. Le social pourra être une brique proposée par les répondants.

Documents utiles :

Retrouvez le live-tweet de l’événement sur @Edu_Num